Friends of the Richelieu. A river. A passion.



"Tout cedit pays est fort uny, remply de forests, vignes & noyers. Aucuns Chrestiens n'estoient encores parvenus jusques en cedit lieu, que nous, qui eusmes assez de peine à monter le riviere à la rame. " Samuel de Champlain


"All this region is very level and full of forests, vines and butternut trees. No Christian has ever visited this land and we had all the misery of the world trying to paddle the river upstream." Samuel de Champlain

Saturday, August 6, 2016

Se faire passer un sapin par Hydro-Québec - Encore!


Une hausse et une surprise

Extraits d'un article d'Hélène Baril dans La Presse du 30 juillet 2016 en page 6 de la section Affaires.

Hydro-Québec veut augmenter ses tarifs de 1,6% à partir d'avril prochain, notamment parce que la consommation d'électricité du secteur résidentiel n'augmente pas comme prévu.

Entreprises épargnées

Les grandes entreprises qui consomment beaucoup d'énergie auront droit à une augmentation plus modeste de 1,1%, parce qu le gouvernement a décidé de leur épargner l'indexation annuelle du bloc d'électricité patrimoniale qui s'applique à tous les autres clients.

"L'an dernier, Hydro avait réclamé une hausse de 1,7% et obtenu une augmentation de 0,7%.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

It's a case of they get you if you do, and they get you anyway if you don't.

Because residential consumers of electricity in Quebec have learned how to lower their power consumption and Hydro thinks it will earn less because of this, the monopolistic power company in my province is asking for a rate increase of 1.6% for its residential customers , less that the big industrial consumers would get (1.1%).

Thursday, August 4, 2016

Mon témoignage dans la cause de Robert Roy



Je ne connais pas personnellement M. Roy. Je le connais de réputation seulement: un ancien collègue de travail m'avait dit qu'un de mes voisins faisait tout comme lui de la course d'auto et de motoneige sur glace et sur neige. Pendant des années, les bruits qui sortaient du garage de M. Roy, des mises au point de moteurs puissants, et des sons de remise en forme de carrosserie, m'avait laissée comprendre que c'était lui le coureur.

C'était en plein dimanche d'été en 2015. Je me rappelle de çà, car M. Roy avait répété bien des fois que c'était interdit de faire du bruit le dimanche. Le soleil était encore haut dans le ciel, et cela faisait déjà plusieurs heures que M. Boulerice coupait du bois avec une scie ronde, comme la journée d'avant, et la journée avant cela. Cela faisait déjà plusieurs jours qu'il s'affairait à couper du bois sorti de la maison pour mieux le brûler à ciel ouvert ensuite. La lame de sa scie semblait maintenant usée, et criait à chaque coup.

Il s'était installé près du centre de sa propriété qui est environ 150 pieds de profondeur, comme le mien, et notre ligne mitoyenne est sur son côté nord-ouest. Sa ligne mitoyenne avec M. Roy est sur son côté nord-est, donc à l'arrière. On peut en conclure que M. Boulerice travaillait à environ 75 pieds de sa ligne avec son voisin M. Roy. Yvan s'était installé entre sa maison et la mienne. Il faut savoir que les terrains des Boulerice et le mien sont très boisés, pleins d'arbres, de buissons et de haies de cèdres, aidant à atténuer le bruit et les voix, offrant davantage d'intimité pour les occupants.

Les deux parents étaient décédés maintenant, et la maison, pleine de choses accumulées durant des années, devait probablement passer à quelqu'un d'autre. Un ménage s'imposait. Çà, je le comprenais très bien.

Tout d'un coup, la scie s'est arrêtée, et des voix élevées d'hommes se sont fait entendre. M. Boulerice recevait souvent de la visite, et l’accueil était souvent à voix haute, pleine de camaraderie bruyante, qui s'estompait graduellement. Mais cette fois-ci, les voix de baissaient pas de ton, et çà ne semblait pas amiable.

Alors le temps d'enfiler des sandales et me rendre dehors sur ma ligne mitoyenne avec M. Boulerice (je ne partage pas de ligne de propriété avec M. Roy. M. Boulerice en est le principal voisin à l'arrière des terrains de ces 2 propriétaires), les deux hommes se bousculaient et se parlaient forts à mi-chemin entre le lieu de travail de la scie et la ligne arrière, donc à environ 30 pieds de la ligne arrière, toujours sur le terrain de M. Boulerice. Les arbres me cachaient beaucoup la vue, et je peinais à comprendre les paroles que j'entendais sortir de la bouche de M. Roy. Il était clair que M. Boulerice avançait vers M. Roy, lui ordonnant de retourner chez lui en lui montrant la direction d'une main. Mais M. Roy vociférait des insultes envers M. Boulerice, dénigrant son mode de vie, faisait la louange de ses propres contributions à la société, affirmant même que c'était lui, par son travail toute la semaine, qui le faisait vivre, lui, M. Boulerice, qui n'avait rien d'autre à faire que de faire du bruit le dimanche, alors que lui, M. Roy, n'avait que cette journée-là pour se reposer. Il affirmait que c'était illégal de faire du bruit le dimanche. Quand M. Boulerice s'avançait trop près de lui pour le forcer à reculer et retourner chez lui, M. Roy le bousculait en poussant sur ses épaules en criant "Recule de 5 pieds!". Parfois, M. Boulerice le repoussait plus doucement de la même manière en avançant, sans grand succès. M. Roy ne cessait de répéter bien fort: "Recule de 5 pieds."

Cela n'avait aucun sens pour moi, car M. Boulerice était chez lui, et redemandait sans cesse à M. Roy de retourner chez lui. Pourtant, c'était M. Roy le plus agressif, et qui ordonnait à M. Boulerice de reculer de 5 pieds. J'avais peur que les choses escaladent, surtout que je savais que les deux gros chiens de M. Boulerice ne devaient pas être bien loin. C'était facile de prévoir que les chiens sentent leur maître menacé et craindre le pire. C'étaient des retrievers mélangés, et le mâle noir était imposant.

Un moment donné, un enfant en pleurs s'est fait entendre de l'autre côté de la haie, chez M. Roy. M. Roy, en colère, dit à M. Boulerice: "Tu vois, tu fais pleurer mon enfant!" et M. Boulerice calmement lui dit de tout simplement retourner chez lui et les choses iraient mieux. Mais M. Roy n'a rien voulu entendre. Soudainement, M. Boulerice s'arrêta, vira de bord et rentra chez lui par la porte arrière, appelant ses chiens avec lui. Surprise par cette tournure inattendue, tout comme M. Roy, d'ailleurs, on est resté plantés là tous les deux en silence une seconde. Je crois que M. Roy ne m'avait pas vue, alors j'en ai profité pour reculer et retourner chez moi dans la maison, car je ne voulais pas être prise seule à m'expliquer à M. Roy.

Quelques jours plus tard, M. Boulerice est traversé chez moi pour m'expliquer ce qui s'était passé avant que je ne me montre à la ligne mitoyenne, et après qu'il ait entré chez lui. C'est à ce moment-là que je lui ai dit que j'étais prête à témoigner de ce que j'avais vu et entendu. Je n'ai pas entendu le pire: les menaces de mort, ni vu le pire: les prises à la gorge, mais je pensais que je pouvais facilement servir de "character witness" - témoin de caractère pertinent. Le calme et le sans-froid de M. Boulerice m'avaient bien impressionnée.

Saturday, July 30, 2016

It's been 3 years


Three years ago this weekend, he went camping on his bike for the last time, never to ride again.

Wednesday, July 27, 2016

I'm Being Moved


Peony and Poppy have discovered a new thrill.

When I bring in the dry laundry from the clothesline in a basket, one of them follows me to the bedroom. While I'm folding and putting away the clean clothes, whomever followed me jumps into the basket on the folded sheet.

Follows a ride to the kitchen where I put away the folded dishtowels, then a ride to the laundry room where I put away the clean bed sheet. The challenge is to keep one's bearings and balance while being propelled at high speed through the house.

A quick nap in the otherwise empty basket on the dryer is then a well deserved rest. Poppy did this a few times, but Peony tries to never miss a turn.

Tuesday, July 26, 2016

Turning Golden Yellow


This week, the Black-Eyed Susans and double Heliopsis have started to bloom, making this place known for it's main hue (after green): golden yellow.

They only add to the riot of color of mid-summer: the blue globes of Echinops have also started to show their sky, the orange, peach and maroon daylillies everywhere, the bright pink bee balm and fuschias, the paprika from the marigold, a bit of white fleebane, a bit of orange jewelweed, and of course, a lot, lot of orangy-crimson trumpet vine. One barely notices the white blooms of the hostas, hydrangea and the wild daisies amid the riot of rainbows.

The place should be full of hummingbirds, but they seem to have disappeared (although one showed up right after I posted this). Many kinds of butterflies come to visit at the same time every afternoon, each specimen of its family on its own secret schedule.

Many birds have fledged: I can only hear a baby Cardinal begging for food now. The Robins, Tree Sparrows, Chipping Sparrows, Mourning Doves all have their families up and about, getting their own food but still following the parents. Last week, a female Goldfinch was still gathering hair for the nest under the watchful eye of her male, so I wonder how they are getting along raising their chicks.

The Ospreys stay in pairs, dancing wonderful ballet up in the sky, crying out with all their might. I'm sure they appreciate the fine summer weather as much as I am.

Monday, July 25, 2016

Sorting the Mess



Today I finally took out the will and took note of the details so I can put aside the items he wants to bequeath: it's going to be much more complicated than I thought.

I pinned the list on a shelf, then stood in front of the work still ahead of me, and just gave up.

I can do so much in one day: nausea comes up from deep inside of me, I feel overwhelmed and depressed, and I just have to leave it for another time.

But I did dig up a table loom my parents had given me as a warming house gift back in 1979. That gift surprised me a lot at the time, because I had never given any signs that I would be interested in weaving even though I did watch my mother do it for half of her life.

As a show of good faith, I had put it up together, but had never used it. And today I unscrewed the whole thing back in its separate pieces. The metal parts are small enough I can throw in the garbage, and the wood parts, which is most of the loom structure, will be turned into firewood.

Today, I imagine that the idea behind that gift would mean some quality time with my mother while I would mount the yarn. Or maybe it was my mother's way of making good use of what was left of her spools of thread, boxes and boxes of them still left unused, but that she will later move into her newly built home and weave some more nice pieces.

Wednesday, July 20, 2016

Emptying the basement


Honestly! Who would want to buy old, used, dusty, rusty, oily and broken motorcycle parts? I'm keeping the bikes for now, but all the bits and pieces, bags and boxes of parts that have known a better life are being dumped.